SOCIÉTÉ
BON POUR LA TÊTE

ACTUALITÉ

ÉCONOMIE & FINANCE

SOCIÉTÉ

POLITIQUE

ÉCOLOGIE

RÉACTIONS

CULTURE

DOSSIERS

PERSONNALITÉS

ENTREPRISES

MIX & REMIX

GUIDES

FORMATION

INTERVIEWS

BLOGS

TV

IPAD

AFFICHE Les revendications des pères divorcés ont été entendues en Allemagne.
DR

HOME > SOCIÉTÉ >  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article

Solution
Le modèle allemand

Par PASCALE HUGUES - Mis en ligne le 16.02.2011 à 11:29

La ville de Cochem, en impliquant les services sociaux autant que la justice, a donné des idées à tout le pays.

Nichée dans une courbe paisible de la Moselle, la ville de Cochem, 65000 habitants, en a eu assez des couples qui se mènent une guerre sans issue, des enfants traumatisés à vie. Assez, à la sortie des tribunaux, du gagnant radieux et du perdant qui fomente sa revanche ou sombre dans la dépression.

Dans un pays où 40% des couples mariés divorcent, les responsables des services sociaux ont voulu réagir. Au début des années 90, ils inventent le «modèle de Cochem».

Premier acquis du modèle: réduire la durée de la procédure de divorce. Avant Cochem, celle-ci traînait pendant un an ou plus. Pour les enfants, une éternité sans savoir à quoi ressemblera leur vie. Pour les parents, un potentiel d’escalade énorme.

Le «modèle de Cochem» a imposé que la convocation devant les tribunaux se fasse dans le mois qui suit la demande de divorce. Toutes les parties sont convoquées. Avant la séance, les services sociaux ont déjà pris contact avec la famille pour évaluer la situation.

«C’est important pour éviter les situations qui s’enlisent ou s’enflamment, explique Manfred Lengowski, assistant social et coinitiateur du projet. Quand les choses traînent, cela se passe souvent mal. Et pour l’enfant, c’est souvent une situation de non-retour.

Prenez le cas d’une mère qui déménage avec son enfant. L’enfant s’est acclimaté à sa nouvelle vie. Comment voulez-ous, au bout d’un an, chambouler à nouveau sa vie? Ou prenez un enfant en bas âge qui ne voit pas son père pendant un an...une catastrophe.

Voilà des cas explosifs. Un monde peut s’effondrer pour l’un des parents, susceptible de commettre des actes désespérés. Le cas des jumelles suisses ne me surprend pas.»

Regrouper les acteurs. Seconde mesure qui a fait tache d’huile dans toute l’Allemagne: la coopération interdisciplinaire. Avant Cochem, chacun travaillait dans son coin. Les réformateurs de Cochem ont eu l’idée de regrouper tous les acteurs qui agissent en cas de divorce: services sociaux, centres de conseil, médiateurs, avocats, juges. Tout le monde a appris à échanger expériences et savoir.

La première table ronde a eu lieu en 1991. Des juges aux assistantes sociales, l’enthousiasme a été général. Depuis, une soixantaine de personnes sont convoquées régulièrement. Un réseau s’est tissé. «

Il est important, juge Manfred Lengowski, que chaque profession s’enrichisse de l’expérience de l’autre. Pour un juge qui vient de passer de la section règlement des conflits dans le secteur du bâtiment à la section droit de la famille, il est essentiel d’avoir des connaissances de base en matière de psychologie enfantine.»

Cette pratique de concertation interdisciplinaire s’est répandue dans toute l’Allemagne. A Cochem, on se sent un peu comme le village d’Astérix et Obélix. Un bled perdu qui enfin fait bouger les choses.

Dans 75% des tribunaux allemands, le «modèle de Cochem» a été adopté ces dernières années - Berlin, la capitale, en tête. Les services sociaux ont même reçu une demande d’information venant du Japon.

Situation détendue. But du «modèle de Cochem»: placer le couple face à ses responsabilités de parents. «Le verdict des tribunaux, explique le juge Jürgen Rudolph, l’un des pères du modèle, équivalait à une capitulation des parents. Les parents déposaient leurs enfants devant moi et me demandaient, à moi étranger à la famille, de décider du sort de leurs enfants.»

En cas de divorce, c’est aux parents de trouver une solution, avec l’aide des équipes de médiateurs. A la fin, il n’y a donc plus ni gagnant, ni perdant. La situation se détend considérablement.

«Les enfants, ne se lasse pas de répéter Manfred Lengowski, assument beaucoup plus facilement un divorce quand ce sont leurs parents qui trouvent une solution. Quelle qu’elle soit! Il faut que les deux parents autorisent le modèle trouvé et soulagent ainsi leurs enfants émotionnellement.»

A lire également : Divorce - Le désespoir des pères




Tags: divorce, Cochem, Allemagne, médiation,

Partager: Partager sur Facebook Partager sur Delicious Ajouter aux favoris Google Ajouter aux favoris Yahoo! Partager sur Twitter Partager sur Yahoo Buzz Partager sur Myspace   Aller en haut de page Haut de page

Réaction de lionel gilberti
le 29.05.2011 à 09:21
le "cochemer modell" comme vous vanté le bon fonctionnement , et...
 
Réaction de Moselle_ami
le 19.02.2011 à 21:41
Selon Wikipedia: Cochem n'a que 5000 habitants. Meilleures salutations.



Inscrivez-vous à notre newsletter afin de recevoir en primeur le sommaire de la semaine ainsi que nos offres spéciales.


SOCIÉTÉ
 Alain Bruno Lévy: «La Suisse connaît une banalisation de l’antisémitisme»
Agressions verbales et physiques par dizaines, avalanches de lettres d’insulte, injures sous les préaux et dans la rue, dérapages dans les...
SOCIÉTÉ
"Marche des Blondes" à Riga pour soutenir le moral des Lettons
Deux manifestantes à Riga (archives) Keystone
Tout habillées de rose, des centaines de blondes ont défilé samedi à Riga, capitale de la Lettonie, pour la troisième édition...
SOCIÉTÉ
La bactérie mortelle EHEC provoque 3 nouveaux décès en Allemagne
Des bactéries (archives) Keystone
La vague de contamination par la bactérie mortelle EHEC a fait trois nouvelles victimes en Allemagne, portant le nombre de décès...
SOCIÉTÉ
La douceur du printemps 2011 bat des records, mais pas tous
Une vache derrière une fleur (archives) Keystone
Le printemps 2011, doux et ensoleillé, a battu de nombreux records. Certaines valeurs mesurées d'autres années resteront toutefois intactes. D'autant plus...


SOCIÉTÉ
 La chronique de Jacques Pilet: Le frisson du net jusqu’à Cuba
«Mais c’est quoi Facebook?» La question qu’a dû se poser le vieux dictateur égyptien dans ses derniers jours au palais hante...
SOCIÉTÉ
 Divorce : Le désespoir des pères
BERNE, LUNDI 14 FÉVRIER Oliver Hunziker, à l’origine de l’action de protestation des pères divorcés suisses «Schickenstei»et Markus Theunert, président de masculinités.ch, avec la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga sur la place Fédérale. Béatrice Devènes
Jeter un pavé dans la mare. C’est l’intention des pères divorcés suisses qui, à l’instigation de l’Association suisse pour la coparentalité...
SOCIÉTÉ
 Daniel Domscheit-Berg, l’ennemi intime de Julian Assange
C’est un livre qui va faire du bruit. Son titre? Inside Wikileaks. Son sous-titre? Dans les coulisses du site le plus...
SOCIÉTÉ
 Une guerre un peu trop jolie
CONTRE-JOUR Damon Winter du New York Times a utilisé son iPhone pour être au plus proche des G.I. en Afghanistan. Il conteste le reproche d’esthétisation inutile. Damon Winter / The New York Times
Organisé aux Etats-Unis, Pictures of the Year International est l’un des principaux concours de photojournalisme dans le monde. Décernée le 7...
SOCIÉTÉ
 Ne partons pas fâchés
 Matthias Rihs
On l’a voulu, pourtant, le mariage d’amour. On l’a eu, il y a déjà plus d’un siècle. Et pourtant, nous en...
SOCIÉTÉ
 Grand choix de fins du monde
APOCALYPSE La fin du monde version Hollywood. DR
A la prophétie maya, relayée par Hollywood, selon laquelle la fin du monde aurait lieu en 2012, la NASA a opposé...
SOCIÉTÉ
 Swisster.ch, c’est fini
GENÈVE INTERNATIONALE Swisster, le site internet pour les employés internationaux résidant en Suisse, a été fermé par Edipresse. Martin Ruetschi / Keystone
Le modèle économique de Swisster.ch paraissait pourtant prometteur: ce portail anglophone d’information et de services, lancé en 2008 par Edipresse et...
SOCIÉTÉ
 L’opération séduction d’Eternit
ARTISANAL Eternit a créé 40 objets et accessoires de design depuis 1950. Eternit
Dans leur usine de Payerne, les ouvriers d’Eternit ont vu débarquer, lundi 7 février dernier, une vingtaine de revendeurs et autant...