Paris - Bruxelles - Frankfurt - London - Roma - Madrid - Zürich - Washington - Chicago - Warszawa - Auckland
 

CEED - Conseil Européen des Enfants du Divorce
Parents, children and grandparents victims of international and administrative child abductions

 


PARLEMENT EUROPEEN - CEED COMMUNIQUE DE PRESSE -
Bruxelles, le 07.06.2007 - Pétition des 10 parents visant l'interdiction du JUGENDAMT
--------------------------------------------------------------------------------------------





Les débats qui se sont déroulés devant des représentants de la Commission Européenne, ainsi que des députés de différents pays
de l'Union Européenne ont été parfois virulents.

Ce que ces représentants allemands ignoraient, c'est que le CEED, représenté par son vice-président Olivier Karrer, était dans la salle
afin de défendre la pétition des 10 parents enrôlée sous le
N° 77/2007 au nom de "Bamberski".

Le 07.06.2006 la Commission des Pétitions du Parlement Européen à Bruxelles
a délibéré pour la seconde fois sur l'entité allemande du "JUGENDAMT".

Des parents polonais, français (Dr Chevallier et Olivier Karrer) et allemands
sont intervenus, ainsi que des émissaires du Gouvernement Allemand envoyés spécialement pour l'occasion.


2ème rang : Olivier Karrer, Lidia Jochimsen, Ingo Alberti



Devant l'assemblée, les représentants allemands ont récité un texte pré-préparé pour tenter de justifier pourquoi les activités illégales du JUGENDAMT à l'encontre des parents étrangers étaient de Droit allemand. Ils ont par ailleurs présenté froidement et formellement des excuses dans l'affaire Pomorski, (interdiction de parler polonais aux enfants) enrôlée sous le N° de pétition 38/2006.

Ainsi pensaient-ils probablement écarter le sujet JUGENDAMT de l'agenda de la Commission.

Alors que 7 députés de différents pays de l'Union qualifiaient en partie les activités du JUGENDAMT de scandaleux, seul le Député allemand Rainer Wieland (ancien responsable de la commission de médiation franco-allemande au Ministère de la Justice à Berlin) ne semblait pas avoir perçu l'objet réel des diverses pétitions présentées : le "JUGENDAMT".

Au lieu de se préoccuper des causes de la critique internationale, ce député allemand
a préféré s'employer à critiquer avec l'éternelle assurance et l'infaillibité unique du fonctionnaire allemand, la forme, à savoir la façon dont les pétitionnaires ont présenté leur pétition (avec des émotions), tentant de déconsidérer leurs propos en les qualifiant d'inexacts, d'absurdes, voire de non-fondés.


Mme Schindler, émissaire du Gouvernement allemand


Puis, à l'étonnement général, le Député Wieland a déclaré devant l'Assemblée que la République Fédérale d'Allemagne ne sentait pas concernée par une application en Droit national des jugements rendus par la Cour Européenne des Droits de l'Homme (affaires Görgülü et Haase par exemple, jugées en 2004 et toujours non appliquées).

De tels propos justifient dorénavant qui plus soit tant une intervention de la Commission Européenne dans les affaires du JUGENDAMT, lorsqu'elles ont attraits à des enfants binationaux.

Le représentant de la Commission Européenne, Monsieur Gavriladis, a exigé du Gouvernement allemand la remise par écrit d'une position officielle. Il n'exclue pas une condamnation de la République Fédérale après enquête.

L'exposé de la pétition des 10 parents du CEED, introduite au nom de parents de plusieurs nationalités, a permis de faire comprendre à l'assemblée que le JUGENDAMT ne viole pas seulement les droits fondamentaux des parents polonais, mais aussi ceux des parents français, des parents non-allemands d'une manière générale, et aussi ceux des parents allemands.


all pictures by Franz Gernot


Le Président Libicki, le vice-Président Cashman

La Vice-Présidente de la Commission des Pétitions, l'irlandaise Mme Kathy Sinnott, a conclu en résumé : "Il en va ici de l'avenir de l'Europe".

Le Président de la Commission, le polonais Mr Libicki, a décidé d'introduire un rapport d'initiative
auprès du Parlement Européen. En clair, l'affaire "JUGENDAMT", cette institution politique du vol légal d'enfants sera portée en session plénière devant le Parlement Européen.

Les députés français, dont les concitoyens sont les premiers concernés sont restés,
quant à eux, étrangement muets ou étaient absents.


08/06/2007
Olivier Karrer
CEED - Paris

 


Pétitions enregistrées à la Commission du Parlement Européen
petition des 10 parents 77/2007 :
http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/dv/peti20070607_sir1008-06-77-07_/peti20070607_sir1008-06-77-07_fr.pdf

http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents /dv/668/668349/668349fr.pdf

http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/dv/peti20070130_sir712-713-06_/peti20070130_sir712-713-06_fr.pdf

http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/dv/peti20070607_sir848-849-06_/peti20070607_sir848-849-06_fr.pdf

http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/dv/peti20070607_sir81-127-128-151-07_/peti20070607_sir81-127-128-151-07_fr.pdf

http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/cm/660/660023/660023fr.pdf

 

 
CEED ECCD - Conseil Européen des Enfants du Divorce - European Council Children of Divorce
Association loi 1901 - enregistrée JO 28-09-02/4383/2237 - Melun France

in cooperation with : Michael-Hickman Information Centre
W kooperacji ze : Stowarzyszeniem Polskim Rodzice Przeciw Dyskryminacji Dzieci